Un reptile sur le divan

Wild.

27 février 2005

Des bouts de vie pas à soit?

Quand je me ballade, je marche, dans le bus, une voiture etc. Je capte des bouts de vie qui ne sont pas à moi.
C'est vrai, je regarde partout, les autres, les gens. Je suis fasciné par cette population que je soupçonne d'écouter sur leur belle chaîne stéréo le dernier Hit de Mylène Farmer et de posséder dans leur bibliothèque familiale le dernier recueil gnangnantisant de la Geddes en mal de sous frais.

Première digression théorique sur le pourquoi de la réflexion précédente.
Si, ce qui ce passe autour de moi, la culture qui est diffusée à la télévision, représente les goûts du plus grand nombre, moi qui n'ai pas ces goûts(mais du dégoût), je ne fait donc pas partie de cette partie de la population.
En suivant ce raisonnement, la majorité des gens que je croise en font donc partie, vu que c'est selon leurs goûts que ces choses pas belles ou criardes sont diffusés sur les ondes à la place des choses que moi j'apprécie. Donc, les morceaux de vie des gens que je capte ont plus de chances d'appartenir à la catégorie définie plutôt qu'a la mienne, qui n'est pas une catégorie car j'ai décidé d'avoir ma propre marginalisation culturelle en coupant les ponts le plus possible avec cette pseudo culture populaire digne d'un embriguadement de l'ANGSOC.
(petite parenthèse pour ajouter que, donnez un livre intelligent à un idiot, et après ne venez pas râler sur les conséquence que cela peut donner, pour preuve ce carnet web inutile à tous sauf ceux qui aiment à entendre que la population générale est d'une bétise crasse a aduler des stars nullisimes de talent)

Donc, je suis fasciné par cette population.
Je capte leurs petits moment, et parfois, il m'arrive de partager leurs moments.
J'explique sinon vous allez pas comprendre.
Quand vous marcher dans une rue bondée, sans le savoir, vous partager un toutpetit peu les moments de vie des gens autour de vous. Oh, pas grand chose. La température de l'air, la musique aux portes d'un magasin.
Ensuite, vous croisez le regard d'une personne, ne serais-ce qu'une demi-seconde. Ben voilà, vous êtes dans le partage de ce moment de vie. Par contre, vous ne partagerez rien de plus que cela. Aucun sentiment à proprement parler, un sourire, peut être, et aussi, le point de vue sera très différent(et cela dépend de l'humeur de l'individu qui croise votre regard et votre humeur à vous).
Maintenant, quand vous faîtes l'amour(aller, imaginez, pas trop, que ça vous arrive, ou rappelez vous quand ça vous arrive), vous partagez un moment de vie, là ça touche l'intime, partage de carresses, de fluides, de râles, de sueur, de crasse aussi(on est jamais à 100% propre), et là, même avec la meilleure complicité du monde, une fois de plus, le point de vue fera la différence quand à l'interprétation du moment que vous partager avec l'autre. Ce qui, en poussant assez loin l'extrapolation, on n'arrivera jamais à bien connaître l'autre car notre point de vue, celui qui nous est le plus cher au monde, notre libre arbitre, lui, sera le seul a avoir le dernier mot.

Donc, laissez tomber la culture populaire qui pue, forgez vous vos envies, vos besoin, essayez de vous faire plaisir sans empiéter sur le plaisir et les envies des autres(autrement dit, quand vous écouterez du Mylène Farmer, s'il vous plaît ne me faîtes pas partager votre mélomanie vous serez gentil). En cultivant votre propre égocentrisme culturel, vous me laisserez le mien encore plus accessible qu'avant. Si par contre, vous jugez qu'il soit bien de le partager(sauf Farmer,hein, on est bien d'accord), là aussi faîte en sorte que les gens choisissent de venir s'interresser à cela(genre, je viens boire un coup chez vous, vous avez tout à fait le droit de mettre du Farmer, bon, OK, je ferais une tronche de 10 bornes mais, vous êtes chez vous. Par contre, ne vous pointez pas chez moi avec le disque, il peut arriver des accidents incluant de l'essence à briquet, je suis chez moi quand même).

Posté par Darwin à 01:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire







  Avertissement
Ce blog est édité sous un faux pseudo.
Darwin est une identité que j'ai pris
pour pouvoir écrire ici des choses très
personnelles, sans pour autant blesser
mes proches ou les personnes concernées
par ces notes.
Veuillez excuser ce subterfuge.
adresse mail : un_reptile_sur_le_divan([at])yahoo.fr