Un reptile sur le divan

Wild.

20 août 2004

A bloc et sur les nerfs.

Ma solitude sexuelle commence à me peser. Mes fantasmes n'arrivent plus à assouvir mon besoin de contact épidermique, mais la petite aventure que j'ai conté il y a peu ne me donne guère envie de faire de nouvelles rencontres. Je n'ose plus trop communiquer avec elles, car mon insistance à leur montrer que j'étais vivant à du les échauder quelque peu. Comme je l'ai compris, je ne suis pas exclusif, je n'ai droit à aucune exclusivité, sauf lors des tête-à-tête horizontaux qu'elles veulent bien m'accorder. Je me laisse aller, je... [Lire la suite]
Posté par Darwin à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 août 2004

Les deux dernières notes...

Les deux dernières notes avaient été écrites avec une journée d'avance, sur mon carnet de note, un petit truc à carreaux sans grande envergure. La première, j'ai du l'écrire après avoir posté celle du 14. Je suis partis me coucher, et là, impossible de dormir, je ressassais sans cesse les idées qui ont finalement été mises en ligne le 15. Rebelote, je me couche, l'ordinateur est éteint, et je ne peut pas encore dormir. Je sors le carnet et écris la note pour le 16. Mais dans cette note, j'y avais fais le petit croquis qui... [Lire la suite]
Posté par Darwin à 01:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 août 2004

Plus j'écris ici, plus je me lis...

Plus j'écris ici, plus je me lis. Cela ne veut pas dire que je relis les vieilles notes en me disant :"Oh! Que c'est bien écris et brillant, que c'est bien dit!". Non, ça serais plutôt le contraire.Il faut y voir ce sens : plus je lis les lignes que je jettes ici, au moment où je les jettes, plus je lis en moi. J'ai réussi a comprendre des choses qui m'échappaient, des parties de moi que j'avais du mal a appréhender.Mais je ne pense pas que cela soit fini. Plus je creuse en moi, plus je lis en moi plus je découvre de nouvelles... [Lire la suite]
Posté par Darwin à 01:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 août 2004

Des fois j'me dis...

Des fois j'me dis : "Mais qu'est-ce qui m'a pris d'écrire des trucs pareils!".A propos de la précédente note par exemple. Pis je relis bien quelques notes, et je me rappelle pourquoi j'suis ici, incognito et si prolixe en sujets plutôt "36 15 mavie".J'ai ouvert ce carnet pour ça justement. Pour en faire un 36 15 mavie, pour pouvoir lâcher du lest, dire des trucs que j'ai même pas pu lâcher à un psy. Remarquez, ça m'a fait du bien, de lâcher cela.Pourtant, n'importe qui peut le lire, surtout des personnes... [Lire la suite]
Posté par Darwin à 01:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 août 2004

Paumé.

Paumé, tantôt heureux, tantôt le pire du monde. Je ne saispas où j'en suis, mais je sais que j'y suis à cause des évenementsactuels dans ma vie(la réelle, pas cette pâle copie numérique).Envie de tout, tout de suite, puis envie de rien, ni personne.Faux, j'ai toujours envie de quelqu'un. C'est un fait.Les rêves que je fais en ce moment me choquent, et me rendentnauséeux au réveil. Je m'agite quand je dors, "surtout quandtu dors" m'a-t'elle dit. Oui, je suis de ce type de personne doncles rêves ont partie prenante sur mon corps. Je... [Lire la suite]
Posté par Darwin à 15:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 août 2004

Je me rappelle.

Souvent je me rappelle des trucs, des souvenirs peu reluisantsde mon enfance. Non, l'enfance n'est pas un lieux rose ou tousles souvenirs sont bons. L'enfance, c'est quand on apprends quele monde où l'on a atterri est pourris, sans morale ni distinctionde justice, et où l'on apprends que va falloir faire avec.Donc, je me rappelle souvent mes nourrices. Je me rappelle de la fille de l'une, d'âge toujours indéterminé, essayant avecpeine de trouver les paroles d'une chanson, "Babette" je crois,avec un vieux magnétophone mono. Je me... [Lire la suite]
Posté par Darwin à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

  Avertissement
Ce blog est édité sous un faux pseudo.
Darwin est une identité que j'ai pris
pour pouvoir écrire ici des choses très
personnelles, sans pour autant blesser
mes proches ou les personnes concernées
par ces notes.
Veuillez excuser ce subterfuge.