Un reptile sur le divan

Wild.

12 janvier 2007

Faut que tu arrêtes

Faut que tu arrêtes de dire qu'il faut que tu réfléchisse à la place de quelqu'un d'autre alors que tu a besoin de réfléchir pour toi. Tu n'a qu'a m'envoyer chier et me laisser me démerder.

Au départ, je ne t'ai pas demandé de le faire, c'est toi qui t'es mise à le faire pour que je suive, mais le soucis, c'est que si onle fais à ma place, j'ai tendance à laisser couler.

Faut que t'arrête de finir ce que je n'arrive pas a faire du premier coup, même si ça t'enerve, sinon j'apprendrais jamais, faut que t'arrête de m'empecher d'échouer, parce que si je ne me prend jamais de gadin, je ne saurais jamais comment me relever.

Faut que tu arrête de dire que "non, ça va, tu peux y aller", avec un ton qui veut plutôt dire "si tu y va t'es qu'un connard" et m'assurer du contraire quand je demande confirmation, je préfère que tu me dise tout de suite si je suis un connard plutôt que de ma le dire après coup.

En se moment, je n'ai plus de subtilité, j'en utilise trop au travail. Je bosse 45 heures par semaine, je tiens l'équivalent technique de trois postes, j'aime mon taff mais il est usant.

Oui, je sais, tu travail aussi, tu as tes études etc, mais je ne supporte pas que ça te permette de me dire que je n'ai pas le droit de dire que ça me fatigue et que ça me fait oublier des trucs parce que toi tu le peux. Moi, je ne peut pas. Non, je n'avoue pas que je suis un deumeuré, non, j'avoue seulement que là, j'en suis aux limites, je les dépasserais peut être mais pas maintenant, il faut que je m'habitue. Oui je suis lent à ce jeux là. Deux ans sans aucunes responsabilité sauf à s'occuper de pas trop dépenser mon chômage, rembourser la banque et tenter de te séduire et ensuite, BAM. La vie active d'un coup.

Donc oui, je dois faire des effort mais toi, il faut que tu comprenne que c'est dur pour moi aussi, ça n'est pas plus dur pour toi ou pour moi, non, c'est juste dur.

J'ai l'impression, quand tu me dis que je n'ai pas le droit d'utiliser ça comme excuse, que tu t'attend à ça parce que je doit être plus fort, ou parfait ou je ne sais quoi. Et bien, dernière nouvelle, je suis humain, avec tout ce que ça importe.

J'arrête, je m'enerve tout seul, mais j'ai dis ce que je pensais et que j'ai peur de te dire en face (pour être traité de débile ou de gros con parce que j'ai du mal avec la vie comme tout le monde, non merci).

Je t'aime, tu comprends, pour moi, ça reste encore plus important que le reste, grace à ça j'arrive le plus souvent à ne pas faire attention au reste parce que tu es là et que je tiens à toi.

Mon intention de partir avec si un jour tu partais à l'étranger est toujours valable. Je que je viens d'écrire ne change en rien mon envie de vivre avec toi.

Posté par Darwin à 22:12 - Sentiment - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire







  Avertissement
Ce blog est édité sous un faux pseudo.
Darwin est une identité que j'ai pris
pour pouvoir écrire ici des choses très
personnelles, sans pour autant blesser
mes proches ou les personnes concernées
par ces notes.
Veuillez excuser ce subterfuge.
adresse mail : un_reptile_sur_le_divan([at])yahoo.fr