Un reptile sur le divan

Wild.

28 décembre 2005

Et toi, t'as vu ta gueule ?

Toi là, le cossu aux idées préconçues, tu me regarde dans mon sweat à capuche MUSE avec l'air rigolard dans ton costard de petit chef, mais dehors, la différence entre toi et moi, c'est que moi j'ai bien chaud sous mes épaisseurs et que toi tes couilles se ratatinent dans ton hugo boss, tandis que moi je pense au prochain week end avec elle, j'erectionne au chaud sans problème alors que toi le souvenir de bobonne te file le cafard mais heureusement que ta maîtresse (interressée) sera là pour pomper ton gland mou et vieux.

Moi tu me considère un peu comme une merde, parce que je ne suis là que temporairement, mais t'es bien content que je fasse mon travail du mieux que je puisse, plus par passion que par égard envers ton ton de méprisant, sache que je suis un mercenaire pour l'instant, mon travail me choisi, et sur mes qualités et non sur mon arrivisme, mon âge et mes idées te font peur car toi, installé et branchouillard de 40 piges, tu ne pense qu'à ta fin de carrière peinard et à larguer bobonne quand les enfants pourront(selon ton point de vu) se contenter d'un chèque pour noël et leur annoversaire.

Moi, je ne te considère pas, tu fais partie de mon travail, alors je fais avec et du mieux que je peu, j'ai l'avantage d'être un tant soit peu idéaliste et de croire que tes collègues sont plus sympas et humains que toi, qu'ils ne rechigneront pas a faire une partie du job qu'ils sont sensés faire alors que toi tu m'envoie des listes de tâches que je remplis à contre coeur seulement pour ne plus t'avoir sur le dos.

Sache que, toi le col blanc pur jus, ayant subis plus d'une fois des heures de transport public par jours, ma patience devant ton impatience sera sans limite, la nullité de la SNCF donnant parfaitement le temps de faire zazen et d'atteindre la révélation en un trajet vers notre lieux commun.

Même si je ne suis pas un prix de littérature, sache que je consigne toutes tes fautes de français que je relève dans un petit fichier texte avec ton nom à côté, et que quand tu commence à me pomper l'air je le regarde pour me dire que quand même, pour un mec de ta "classe", tu pourrais faire des efforts.

Je te hais toi, avec ton haleine mentol/malboro, quand tu demandes 30 cents car tu n'a pas de monnaie, juste un billet de 50€, quand tu veux on fait l'échange, une semaine de café de ma poche apporté à ton bureau où ta secretaire est plus moche que mes couilles passées au mixer contre tes 50€, moi je peut me passer d'une semaine de café pour un mois de transport à moindre coût et remboursé par mon organisme.

Pour finir, cher endoctriné, sache que tu n'existe pas en entier comme décris ci-dessus mais que tu représente une somme de certaines peronnes que je cotoie chaques jours depuis quelques temps dans ce merveilleux monde du travail, et surtout, je te donne un conseil, met toi au boulot et ferme ta gueule au lieu de déléguer, et sois plus aimable avec les gens. Mon oncle qui joue dans la même cour que toi m'a appris un truc, où que tu sois, qu'importe la personne à laquelle tu t'adresses, soit respectueux envers elle, que ce soit le mec du courrier, la secretaire mignone que tu porterais bien en cravate ou ton patron vénéré à la place convoité, car un jour où tu aurais besoin d'un coup de main, ils seront là pour toi au lieu d'être contre toi.

Ce conseil marche aussi avec les gens que tu as au téléphone et qui sont là pour t'aider, pas pour t'obéir.

Posté par Darwin à 23:17 - Vacuité - Commentaires [9] - Permalien [#]

Commentaires

  • Vous avez bien fait de prendre un pseudo, j'aurais dû le faire, maintenant c'est trop tard.

    Sinon, mon oncle, il m'a appris une chose : à sucer et à attendre que ça se termine.

    Il est mort depuis.

    Posté par Angeline, 28 décembre 2005 à 23:38 blog
  • Eh bin...

    J'ai jeté un oeil sur ton carnet, c'est franchement pas trop Al Supergay comme ambiance...

    Pour une remarque a ton commentaire, je ne trouve rien de construcif a dire.

    Posté par Darwin, 29 décembre 2005 à 00:12 blog
  • BWOP BWOP BWOP MC T'ES MORT !

    Posté par r0uge, 29 décembre 2005 à 00:25 blog
  • Ca fait du bien ?

    Posté par CYNIC, 01 janvier 2006 à 16:02 blog
  • Moi j'ai bien rigolé en lisant ton commentaire, il était chou.

    Posté par Angeline, 01 janvier 2006 à 16:43 blog
  • Ma mère m'a dit la même chose que ton oncle. Et puis de toute façon, pourquoi êtres désagréable avec les gens?
    Mais le monde du travail (le peu que j'en ai vu) m'a un peu (beaucoup) dégouter.
    Les gens sont méchants entre eux, sans aucunes raisons.
    Je comprend toujours pas.
    Mais je préfére rester comme toi. Au moins nous, on apporte probablement le sourire à quelqu'un une fois par jour.
    Bisous et bonne année!

    Posté par Biddiz, 01 janvier 2006 à 22:50 blog
  • t'as trop raison! Faut leur pisser sur la gueule à ses couillons qui se prennent pour des petits chefs (leur pisser sur la gueule quand ils sont sur le point de pisser à la tienne).
    Ca me rappelle un enfoiré de ven,deur de Boulanger qui m'a rappelé que je n'étais qu'un 'animateur' et que je n'avais pas le droit de lui parler comme ça. J'te jure j'vais rien dit...
    Cheer up, les tensions se clament toujours, enfin je pense.....
    Arès

    Posté par Arès, 07 janvier 2006 à 23:04 blog
  • tu serais pas en train de parler de mon ex fils de pute de patron de merde ?
    je crois qu'on a bossé dans la même boite...
    aaaaaaah... à quand la révolution ?

    Bises

    Posté par assayah, 13 janvier 2006 à 11:30 blog
  • Si y a bien une chose que j'ai appris de puis que jje suis dans le monde du travail c'est la diplomatie et les relations humaines....

    En lisant la "description" que tu faisais dans ce post des visages de collègues m'apparaissaient au fur et à mesure des lignes.

    Posté par Djin, 12 juin 2006 à 22:31 blog

Poster un commentaire







  Avertissement
Ce blog est édité sous un faux pseudo.
Darwin est une identité que j'ai pris
pour pouvoir écrire ici des choses très
personnelles, sans pour autant blesser
mes proches ou les personnes concernées
par ces notes.
Veuillez excuser ce subterfuge.
adresse mail : un_reptile_sur_le_divan([at])yahoo.fr