Un reptile sur le divan

Wild.

21 juin 2004

Le courrier du coeur, vive les frustrés.

On m'a dit que j'ai fait 
ce blog pour dénicher
des internautes à lutiner.

Faux, si j'avais voulu
en arriver là, je ne l'aurais
pas ouvert sous un faux
pseudo, je n'aurais pas
créer cette boîte à courriel.

Que cela soit clair, je n'ai pas besoin
de cet artifice pour combler ma libido,
je ne raconte pas tout ici, ni ailleurs.

Ici, je raconte, je ne nomme pas,
les protagonistes sont dénommés
par des "je" des "elle", c'est tout.

Je suppose que ces jeunes filles
qui m'ont supportés en intimité
n'aimeraient pas que leurs frasques
soit exposées au su de l'internet.

Si elle se reconnaissent, elles
savent qui je suis, soit, mais
jamais je ne dirais qui elles sont.

Leur intimités est un cadeau que
j'ai chéri, un souvenir qui m'est
plaisant. J'espère que je leur
ai laissé le même sentiment.

Devoir, droit et choix.
J'ai choisi de raconter,
elles ont le doirt de rester
inconnues, je dois faire en
sorte qu'elles le reste.

Posté par Darwin à 00:44 - Sentiment - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire







  Avertissement
Ce blog est édité sous un faux pseudo.
Darwin est une identité que j'ai pris
pour pouvoir écrire ici des choses très
personnelles, sans pour autant blesser
mes proches ou les personnes concernées
par ces notes.
Veuillez excuser ce subterfuge.
adresse mail : un_reptile_sur_le_divan([at])yahoo.fr